Actualités

Abonnez-vous à la lettre de Roudoule

Vient de paraître : 1720, la peste aux portes des Alpes du Sud

Couverture%20peste668

La peste de Marseille et de Provence, entre 1720 et 1722, est la dernière manifestation d’importance de la bactérie Yersinia pestis en Europe. En quelques jours, les villages des Alpes du sud prirent les premières mesures pour se protéger de la maladie mortelle : les portes des villes et des villages furent fermées et gardées, les voyageurs et les marchandises furent strictement contrôlés, ainsi que les déplacements des habitants, obligés de présenter des billets de santé ! Peu après, les militaires furent envoyés en renfort pour stopper la progression de l’épidémie et les trafics des contrebandiers qui menaçaient le royaume de France

Dimensions: 21x21 cm - 120 pages quadri - Prix: 18 €

2021_06_21 ROUDOULE_BON DE COMMANDE.pdf

Vient de paraître : Relation de la peste de Marseille en 1720

Couverture%20Papon%20r%C3%A9solution%20600%20pixels%20recommand%C3%A9s

Résumé: Jean-Pierre Papon est né à Puget Théniers en 1734. Après des études de philosophie, il entre dans la compagnie de l’Oratoire en 1752 et enseigne les belles-lettres à Marseille, Riom, Nantes et Lyon. Auteur d’une monumentale Histoire générale de la Provence en quatre volumes, il consacre les dernières années de sa vie à la rédaction de deux ouvrages historiques sur la Révolution et sur la peste. La relation de la peste à Marseille en 1720 que l’on découvrira ici est un chapitre issu des deux tomes de l’ouvrage De la peste ou époque mémorable de ce fléau.

Dimensions: 24.1x17.3 cm - 80 p.- Prix: 8 €

2021_06_21 ROUDOULE_BON DE COMMANDE.pdf

Les expositions de Roudoule

Roudoule écomusée en terre gavotte vous invite à découvrir sa nouvelle exposition, *1720, La peste aux portes des Alpes du Sud.

La peste de Provence entre 1720 et 1722 est la dernière manifestation d’importance du bacille Yersinia Pestis en Europe. En quelques jours, les conseils généraux des communautés de montagne prirent les premières mesures pour se protéger du mal de contagion : les portes des villes et des villages furent fermés et gardées, les voyageurs et les marchandises furent strictement contrôlés, ainsi que les déplacements des habitants, obligés de présenter des billets de santé ! Si cela vous rappelle quelque chose, venez découvrir dans cette exposition les origines du confinement !

Roudoule écomusée en terre gavotte vous invite à découvrir sa nouvelle exposition, l’Appel de la Sylve.

Dès le Néolithique en partant à la conquête des forêts alpines les hommes en privilégiant le mélèze ont contribué à façonné le paysage qui nous est familier. Au Moyen-âge, les seigneurs en laissant libre court aux essartages, dans les forêts escarpées et éloignées des fonds vallées et des villages, ont permis l’extension des surfaces de culture mais ils ont indirectement favorisé le déboisement. A la Renaissance, les pentes sont déjà dénudées et ont généré des crues catastrophiques. En 1525, la Roudoule, en débordant a provoqué la mort de 78 personnes à Puget-Théniers. Un siècle plus tard, le Var, ce fou de gueux que l’on ne peut ramener à la raison selon Vauban, emporte régulièrement berges, digues, ponts, et parfois même des ouvrages militaires. Si les communautés s’efforcent sous l’Ancien Régime de préserver les bois communaux et de limiter les ravages des chèvres et des troupeaux transhumants, dans la première moitié du XIXe siècle elles cèdent aux espèces sonnantes des exploitations forestiers, qui font convoyer sur le fleuve Var par flottage plusieurs dizaines de milliers de grumes par an. Le commerce est soutenu par l’expansion des villes et de la marine de guerre. Une déforestation intensive qui poussa, après 1860 l’Etat à mettre en œuvre la Restauration des Terrains en Montagne. Mieux gérer, mieux exploiter par de courageux bûcherons pour la plupart italiens au début du XXe siècle, la forêt s’est régénérée, s’est densifiée avec les limitations des troupeaux transhumants et de nos jours la filière bois est prospère dans les Alpes-Maritimes.

Entrée libre

De mai à septembre : 10-12h/14h-18h du mercredi au dimanche Visites guidées payantes pour les groupes sur réservation (4€ par personne) Roudoule écomusée en terre gavotte - Placette de l’Europe - 06260 Puget-Rostang. 04 93 05 13 25 - roudoule@orange.fr

Roudoule "sur les traces du Roman"

Le projet "Sur les traces du Roman" s'inscrit dans un projet européen Marittimo (2020-2022) porté par le Parc naturel régional des Préalpes d'Azur visant à valoriser le patrimoine culturel de l’art roman et à l'amélioration de son accessibilité en Préalpes d’Azur, Toscane, Ligurie, Sardaigne et Corse. Dans ce cadre 4 ateliers artistiques dans 4 communes ont été menés par Isabelle Chemin de l'association Chemindessens pour les arts plastiques et Domitille Vigneron et Thierry Cornillon pour les arts musicaux. Philippe Thomassin, directeur La Roudoule, écomusée en terre gavotte a animé le patrimoine de la pierre et du bois. Les communes sont La Penne, Vence, Toudon, Bonson.

pour en savoir plus : https://www.youtube.com/watch?v=LteMsRGs0RM

Roudoule et la Société de distribution du Sensible partenaire pour le développement culturel de Bertrik

Depuis 2018, Roudoule accueille sur le site de la ferme de Bertrik, les artistes de la Société de Distribution du Sensible. pour en savoir plus http://www.distributiondusensible.eu/](http://www.distributiondusensible.eu/)

Les événements en 2021

* Mardi 20 juillet – Entrevaux - Parvis de la Cathédrale 20h30

Séré de Rivières et les fortifications des Alpes du Sud, par Philippe Thomassin

ENTREVAUX-FORTIFSERE-A42021

* Vendredi 23 juillet - Puget-Rostang, Ferme de Bertrik - à partir de 10 h

Roudoule distille la lavande avec Sophie Chatelier, herboriste https://lanouvelleherboristerie.com

ROUDOULE%20DISTILLE_A42021

* Jeudi 5 août – Entrevaux - Parvis de la Cathédrale 20h30

Vauban, L'homme de l'art,

par Jean-Loup Fontana, Conservateur du Patrimoine

ENTREVAUX-VAUBAN-A4-2021

* Samedi 6 août au Vendredi 13 août - Puget-Rostang, Ferme de Bertrik

« Moissons » festival artistique de la Société de Distribution du Sensible

Art Contemporain, spectacles vivants, animations naturalistes, conférences… programme sur http://www.distributiondusensible.eu/ **

* Vendredi 13 août – Rigaud - Plateau de Dina - à partir de 18h**

Nuit des Etoiles avec les astronomes amateurs de SPICA et les troubadours de Trobadoresca et la Société de Distribution du Sensible.

dans le cadre du programme européen Leader « Les variétés fruitières locales dans les Alpes du Sud. » bloc%20logos%20LEADER

Samedi 18 et dimanche 19 septembre - Journées du patrimoine à Puget Théniers avec visites de Philippe Thomassin

Projet d’étude « Les variétés fruitières locales dans les Alpes du Sud : Pépinière pour un développement local » dans le cadre du programme leader Alpes et Préalpes d’Azur.

L’objectif est de connaître, sauvegarder et valoriser de manière innovante les variétés de pommes, de poires et de prunes locales ainsi que les savoirs et savoir-faire liés à leurs usages alimentaires, agricoles et commerciaux, du XIXe siècle à nos jours. Le territoire de l’écomusée, étendu à l’ensemble de la Communauté de Communes Alpes d’Azur et au nord du Parc naturel Régional des Préalpes d’Azur - représenté par la vallée de l’Estéron - offre de riches potentialités pour l’étude et la relance des cultures fruitières. Dans ces moyennes montagnes similaires des points de vue géographique et culturel, on retrouve les poires, pommes et prunes, support de pratiques culinaires encore vivantes. De l’Estéron au Val d’Entraunes, plusieurs autres espèces fruitières s’y côtoient, de l’olivier au noyer, en passant par le sorbier, le mûrier noir, le néflier et l’amandier. Bien plus que la connaissance de notre territoire, l’intérêt d’une telle recherche repose sur la présence et la motivation d’acteurs variés. Ces amateurs et agriculteurs professionnels, regroupés parfois en association, qu’ils soient passionnés ou curieux, sont désireux de conserver un patrimoine biologique encore vivant, au sens propre comme figuré. Eclaircir la connaissance de ce patrimoine végétal pourrait permettre la réappropriation et/ou l’invention de pratiques culturelles et culturales conciliant agriculture et environnement.

Le projet est d’ores et déjà soutenu par de nombreux partenaires, tels que le Parc naturel Régional des Préalpes d’Azur, Agribio 06 et le GEDAR, ou encore des associations locales comme Péone Patrimoine, le Conseil de Développement des Préalpes d’Azur, l’association de valorisation du patrimoine culture de La Penne, la médiathèque de Puget-Théniers, La Garance voyageuse, dont une représentante est présente sur le territoire... Les Croqueurs de pommes des Alpes latines, les Parc naturels Régionaux du Verdon et du Luberon, ainsi que l’association La Prune de Brignolesseront les soutiens régionaux du projet.

Le projet prévoit une recherche ethnologique et ethnobotanique de terrain, avec une phase documentaire et historique, ainsi qu’une enquête participative qui réunira l’ensemble des partenaires autour d’entretiens collectifs, d’un carnet de terrain mis en ligne, et de la cartographie des arbres réalisée sous le logiciel libre OpenStreetMap. Pour compléter les données, l’écomusée fera appel à un pomologue qui identifiera les fruits. Cette recherche donnera lieu à une publication, à une exposition au format itinérant, ainsi qu’à des animations culturelles et scientifiques comme des stages de greffe et de taille des arbres fruitiers, des ateliers de fabrication de séchoirs en vannerie, de séchoirs solaires ou encore de séchage de fruits selon des techniques anciennes… Le public scolaire bénéficiera d’ateliers sensoriels autour du thème de la diversité fruitière locale. En parallèle, l’association Agribio 06 déposera un projet complémentaire visant à revaloriser la filière arboricole du haut-pays maralpin.